Le Colisée, fabuleuse illustration du génie romain

Le Colisée, fabuleuse illustration du génie romain
Épisode précédent : le forum romain, un plongeon dans la Rome Antique

Le Colisée est le symbole international de la ville de Rome, et il constitue sûrement le cliché romain le plus récurrent.

Je me souviens toujours de ma 1ère rencontre avec ce monument mythique : j’avais atterri à l’aéroport quelques minutes plus tôt, j’étais dans la navette me conduisant au centre-ville et j’observais la ville défiler devant mes yeux. Et puis soudain, alors que je ne m’y attendais absolument pas, le voilà qui apparait devant mes yeux, imposant, majestueux, au détour d’un virage.

Moi qui ai grandi en dévorant chaque album d’Astérix et qui était passionnée par l’Antiquité (tant l’Égypte que la Grèce ou Rome) depuis le collège, j’étais littéralement impressionnée et émerveillée de me trouver là, devant LUI ! Je me souviens avoir eu le sentiment que si je devais mourir rentrer en France immédiatement, ce ne serait pas grave car je l’avais vu. Évidemment, avec plus de 5 millions de visiteurs annuels, je ne suis pas la seule à être attirée, voire fascinée par ce monument, qui est le site le plus visité d’Italie.

Je le retrouvais à nouveau quelques jours plus tard car c’est à ses pieds qu’était donné le départ du marathon auquel ma maman participait.

Ce n’est que le lendemain que ma patience fut totalement récompensée par la visite de ce fabuleux monument.

Entre temps, j’ai donc eu tout loisir d’admirer sa façade extérieure : érigée sur 4 niveaux, il mesure 57 m de haut, 189 m de long, 156 m de large et s’impose avec sa succession d’ordre dorique, ionique et corinthien. Même s’il connu un tremblement de terre, il a surtout souffert du fait d’avoir été pillé, ses matériaux ayant été réutilisé à d’autres constructions, comme la basilique St Pierre.

Colisée (13)

Le jour de la visite, nous avons pris soin de débuter la journée par le Colisée afin de nous trouver devant les guichet à l’ouverture, ou presque. Munis du Roma Pass, nous n’avons pas eu à faire la queue et avons ainsi eu la joie de pénétrer sans attendre dans le Colisée.

Nous découvrons ainsi le système complexe d’escaliers, les vomitaria, qui permettaient au flux de spectateurs (jusqu’à 70 000) d’entrer et sortir en quelques minutes. D’ailleurs le système est si au point que les stades actuels continuent à s’en inspirer.

Commencé en 72 sous Vespasien et achevé sous Titus en 80, l’amphithéâtre Flavien a été élevé à l’emplacement d’un ancien lac artificiel où s’étendaient les jardins de la domus Aurea de Néron. Sa construction aurait été motivée pour des raisons économiques : Vespasien aurait ainsi préféré procurer du travail aux personnes ruinées par les guerres civiles plutôt que de les nourrir à ne rien faire.

Lors de leur inauguration, qui dura 100 jours, 2 000 gladiateurs et 5 000 fauves furent sacrifiés ; et lorsque Trajan rentra victorieux de sa campagne de Dacie, ce sont 10 000 hommes et 11 000 bêtes qui versèrent leur sang en seulement 1 mois. Je vous laisse donc imaginer le nombre total des victimes dont le sang coula dans cet amphithéâtre, de 80 à 523, date à laquelle le Colisée cessa d’accueillir de sanglantes festivités. Il s’agissait principalement de combats de gladiateurs mais pas seulement : naumachies (batailles navales), exécutions publiques, chasses d’animaux sauvages, reconstitutions de batailles célèbres et de drames mythologiques, … attiraient aussi les foules.

A la chute de l’Empire romain, il abrita des habitations, des ateliers d’artisans, le Colisée devint le siège d’un ordre religieux, une forteresse, il servit également de carrière – ce qui explique la quantité de matériaux manquants – et de sanctuaire chrétien.

Les spectateurs prenaient place dans la cavea – les gradins – dans le respect d’un ordre social établi : les sénateurs s’installaient donc en bas, les prêtres au-dessus, puis les magistrats et diplomates étrangers et enfin, le peuple. Les femmes, quant à elles, avaient accès à des gradins de bois, plus élevés encore. Il valait mieux alors avoir une bonne vue !

Ils étaient protégés du soleil et des intempéries par un velarium ou velum. Il s’agissait d’une toile tendue, soutenue par pas moins de 240 mâts hissés au sommet du Colisée. Elle état actionnée par un détachement de la marine impériale comptant un millier d’hommes.

Une fois dans les “gradins”, ou plutôt ce qu’il en reste… ou pas d’ailleurs,  nous découvrons, non pas la piste, aujourd’hui disparue dans les pillages, mais le sous-sol, appelé hypogée. L’arêne mesure 83 m de long et 48 m de large et était constituée d’un plancher de bois recouvert d’une couche de sable. Ce plancher étant absent, on a tout loisir d’observer l’hypogée, divisée en 15 couloirs parallèles à une galerie centrale. Il comprenait aussi un réseau souterrain de tunnels et de cages accueillant fauves et gladiateurs. 80 puits verticaux permettaient d’amener animaux et accessoires de scène à la surface. Cet hypogée abritait un ingénieux système de machinerie : 28 ascenseurs, des cabestans, des poulies ainsi que des mécanismes hydrauliques permettant de mettre les arênes en eaux à l’occasion des simulations de batailles navales.

Colisée (4)Colisée (65)Colisée (51)Colisée (70)Colisée (74)Colisée (82)

L’hypogée était aussi reliée à l’extérieur du Colisée par des tunnels souterrains. Certains communiquaient avec les ménageries installées dehors – pour amener et évacuer les bêtes – tandis que d’autres permettaient au gladiateurs de gagner l’amphithéâtre directement depuis la caserne du Ludus Magnus. Enfin, des tunnels spéciaux étaient réservés à l’empereur et aux Vestales pour éviter qu’ils ne se mêlent à la foule.

Colisée (36)Colisée (35)Colisée (90)

C’est vraiment fabuleux de se trouver là et de parvenir à imaginer toute la machinerie d’époque, ou en tout cas d’essayer… En tout cas, même s’il est en partie détruit et pillé, le Colisée constitue un formidable témoignage de l’ingéniosité des Romains, de leur technique, de leur savoir-faire… Personnellement, je suis restée admirative devant tant de modernisme !

Colisée (68)

Info pratiques
Piazza del Colosseo, 1

Ouvert tous les jours de 8h30 au coucher du soleil
Billet de 12 € couplé avec le forum romain et le Palatin

Comment s’y rendre ?
Métro Colosseo
Bus 60 et 117
Tramway ligne 3

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : Italie, Latium, Rome, arênes, Rome antique

Copyright©2016 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

3 comments

  1. juillet 4th, 2016 12:57

    Je rêve de pouvoir un jour aller le voir en vrai ce fameux Colisée. L’histoire qui tourne autour est tellement fascinante ! xx
    Ophélie G. Articles récents..Juin en dix photosMy Profile

    Reply

  2. juillet 4th, 2016 21:10

    Ce monument est sublime !
    Virginie Articles récents..Après 24 semaines de TBC {1 & 2}, suis-je devenue la meilleure version de moi-même ?My Profile

    Reply

  3. juillet 7th, 2016 17:45

    Boudu tu as bien fait de commencer par le Colisée. Moi j’ai fait le choix de commencer par le Palatin et du coup il y avait une file d’attente pas possible devant le Colisée. Passant seulement un week-end à Rome, j’ai passé mon tour pour cette fois. :\

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ne manquez aucune de mes actualités !

Vous aimez mon blog et venez régulièrement, alors n’hésitez pas à cliquer et à vous abonner à ma page Facebook