Promenade dans l’univers végétalo-minéral de Sauve

Promenade dans l’univers végétalo-minéral de Sauve
Épisode précédent : Le pont du Gard n’a pas livré tous ces secrets

En un beau dimanche d’automne, avant que les températures ne se fassent plus fraîches, nous avons pris la direction de Sauve, afin de découvrir la mer de Rochers.

Surplombant la très jolie cité médiévale de Sauve, la mer de Rochers est un chaos rocheux mêlant végétation et rochers que tout Gardois se doit de connaitre.

Située à une cinquantaine de kilomètres de Nîmes, nous mettons donc prêt d’une heure pour nous y rendre. Une fois sur place, nous laissons la voiture en centre-ville et empruntons les ruelles nous menant en haut du village pour récupérer le sentier menant à la mer des Rochers.

Mer-rochers-Sauve (2)Mer-rochers-Sauve (1)Mer-rochers-Sauve (9)Mer-rochers-Sauve (3)Mer-rochers-Sauve (8)

Il s’agit en fait d’un site naturel remarquable appartenant au plateau de Coutach. Ce relief a la particularité d’être constitué d’étonnants rochers se dressant au milieu de le végétation. Ils présentent en effet de bien curieuses arêtes me rappelant les si lointaines tsingy de Bemaraha. Comme à Madagascar, ces roches doivent leur particularité à l’érosion. Constituées initialement de carbonate de chaux et de magnésie, pluie et vent s’associent pour décalcifier peu à peu la roche. Plus résistante, il ne reste alors plus que la magnésie qui forme ces arêtes caractéristiques.

Au grès de notre promenade, nous découvrons également d’autres formations géologiques dues à l’érosion : les dolines. Ce sont des cuvettes, mesurant de quelques centimètres à plusieurs mètres. Les plus petites se remplissent d’eau de pluie et ont pu servir d’abreuvoir, tandis que les plus grandes se remplissent d’une terre argileuse, la terra rossa, riche en humus et donc propice à la culture. Ce site a donc été cultivé jusqu’au milieu du XXème siècle et on y découvre ainsi, au fur et à mesure de notre avancée, la trace de nombreux vergers. les villageois y avaient ainsi leurs mazets et des installations pour recueillir l’eau de pluie nécessaire aux cultures.

Mer-rochers-Sauve (5)Mer-rochers-Sauve (7)Mer-rochers-Sauve (11)Mer-rochers-Sauve (12)Mer-rochers-Sauve (16)

Notre progression à travers la mer de Rochers se fait dans un lacis de sentiers. Régulièrement, des tablettes disposées sur le côté du chemin, nous expliquent l’histoire de ce site, celle que je viens de vous exposer, sous un angle mythique et mythologique particulièrement intéressant  découvrir.

Au détour du sentier, nous découvrons un cadran solaire, mais en dépit des explications données, je dois avouer que nous n’avons pas réussi à en comprendre sa lecture…

Mer-rochers-Sauve (15)Mer-rochers-Sauve (14)Mer-rochers-Sauve (18)

Si la promenade ne présente aucune difficulté technique, il est surtout nécessaire d’être bien chaussé car certaines pierres sont susceptibles de glisser, et les chevilles y sont mises à rude épreuve. La balade, longue de 2 km, peut se faire avec des enfants, à condition qu’ils soient autonomes en ce qui concerne la marche car aucune chance d’évoluer le long de ces sentiers avec une poussette.

Au retour, il est possible de rentrer directement à Sauve, mais nous avons préféré prolonger la promenade par l’Aven et au passage, nous sommes passés à proximité d’un mazet qu’il est possible de visiter, mais dont l’intérieur, abritant des babioles sans intérêt ( chaise de camping en plastique, feraille, …) ne mérite rien de plus qu’un coup d’oeil pour remarquer qu’un bassinet d’eau était aménagé à même le sol en pierre et naturellement alimenté en eau de pluie.

Mer-rochers-Sauve (19)

Pour la petite histoire, sachez que cette mer des Rochers donne bien du fil à retordre, en terme de traduction, à certains touristes étrangers. En effet, certains habitants ne manquent pas de raconter la fois où, d’humeur taquine, ils ont indiqué le chemin à des Allemands, serviettes de plage autour du coup et planches à voile sous le bras, tandis qu’une autre fois, un de leur compatriote s’est retrouvé bloquée dans les petites rues de Sauve – des ruelles médiévales, je le rappelle – avec sa grosse voiture remorquant un bateau. Comme quoi, il n’y a pas que les Français qui ont un piètre niveau en langues étrangères…

Infos pratiques :
Site web : http://www.ville-de-sauve.fr/?page_id=477
Office du tourisme : 26 rue des Boisseliers – 30610 SAUVE – http://www.piemont-cevenol-tourisme.com

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : France, Languedoc-Roussillon, Gard, Sauve, promenade, randonnée, site géologique

Copyright©2015 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

2 comments

  1. octobre 20th, 2015 22:53

    J’y suis allée il y a un long moment (peut-être 15 ans…) et tu me rappelles de beaux souvenirs. Fascinante cette mer de roches !

    Reply

    • octobre 20th, 2015 23:02

      Oui, complètement… Merci de ta visite et bonne soirée.

      Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ne manquez aucune de mes actualités !

Vous aimez mon blog et venez régulièrement, alors n’hésitez pas à cliquer et à vous abonner à ma page Facebook