Le long des Champs Elysées arlésiens

Le long des Champs Elysées arlésiens
Épisode précédent : A la découverte des dessous d'Arles

 

Dans Arles, où sont les Alyscamps, (…) prend garde à la douceur des choses !

Paul-Jean TOULET (1867-1920)

 

Il y a un moment que mon homme me parlait des Alyscamps d’Arles et me présentait le site en me disant que c’était le lieu où il avait fait une sieste sur un banc entre 2 tombes, une sieste mémorable apparemment… Alors ok, je sais que présenté comme ça, ce n’est pas ce que l’on fait de plus vendeur mais ça a fonctionné puisque le week-end dernier, nous avons consacré la 4ème et dernière visite de notre pass monument Liberté à la découverte, ou re-découverte, de la nécropole des Alyscamps.

Le terme “Alyscamps” signifie Champs Elysées en provençal.

A 2 pas du centre-ville, il s’agit d’une allée bordée de sarcophages noyés dans la verdure mais à l’époque, il en était tout autrement puisque dans l’Antiquité, les romains installaient leurs cimetières hors des murs, le long d’une voie de communication, en l’occurrence ici, la via Aurelia.

 

Un peu d’histoire

Cette nécropole fut utilisée depuis l’époque romaine jusqu’au Moyen Age. Ainsi, d’abords païenne, elle devint chrétienne et abritait plus de 1000 tombes dont celles des évêques arlésiens. En effet, ces derniers était attirés par la présence de la dépouille du martyr St Genest qui y était inhumé. Ils demandaient expressément d’être enterrés au plus proche du martyr, espérant ainsi “profiter” de sa béatification.

Au XIème siècle, les Alyscamps devinrent le point de départ provençal du pèlerinage de Compostelle…

En 1 152, les reliques de St Trophime furent transférées en centre-ville, dans l’actuelle cathédrale éponyme. Les Alyscamps perdirent alors de leur prestige et tombèrent petit à petit dans l’oubli. Les siècles suivants, la nécropole fut alors en partie pillée, notamment à la Renaissance : certains paysans dérobèrent les sarcophages pour en faire des abreuvoirs tandis que les pièces les plus ouvragées furent volées pour enrichir des collectionneurs privés. C’est ainsi que le site visible aujourd’hui n’est que l’ombre de lui-même puisqu’en plus des pillages passés, il a été plus récemment détruit partiellement par la construction de la ligne SNCF et du dépôt tous proches. Toutefois, son aspect actuel résulte d’un aménagement fait par les religieux Minimes au XVIIIème siècle.

Alyscamps-Arles (40)

 

[iShare]Les Alyscamps, source d’inspiration de nombreux artistes[/iShare]

… dont les plus connus sont sans aucun doute Vincent Van Gogh et Paul Gauguin.

En effet, Van Gogh, installé en Arles depuis quelques temps avait invité quelques peintres à travailler chez lui et Gauguin fut le seul à répondre présent. Ils vinrent donc exercer leur art dans les Alyscamps… jusqu’au tragique épisode de l’oreille coupée qui signa le départ – ou la fuite – de Gauguin.

Paul_Gauguin_085Van_Gogh_-_Les_Alyscamps,_Allee_in_Arles1Van_gogh_alyscamps_other

… Je crois que tu aimerais la chute des feuilles que j’ai faite. C’est des troncs de peupliers lilas, coupés par le cadre là où commencent les feuilles. Ces troncs d’arbres comme des piliers bordent une allée où sont à droite et à gauche alignés de vieux tombeaux romains d’un lilas bleu. Or le sol est couvert, comme d’un tapis, par une couche épaisse de feuilles orangées et jaunes tombées. Comme des flocons de neige il en tombe toujours encore…

Vincent VAN GOGH

 

Même si la présentation faite par mon homme s’avère quelque peu cocasse, je dois reconnaitre que ce lieu est bien paisible et inspire au calme et à la détente. Il constitue [iShare]une promenade bien agréable et rafraichissante à l’écart du tumulte de la ville d’Arles[/iShare].

La visite démarre par des tableau explicatifs nous permettant de mieux appréhender la visite. A peine entrés, nous dépassons une première chapelle puis 2 monuments dont j’ai oublié les spécificités.

Alyscamps-Arles (6)Alyscamps-Arles (11)Alyscamps-Arles (43)Alyscamps-Arles (19)Alyscamps-Arles (7)Alyscamps-Arles (13)Alyscamps-Arles (14)Alyscamps-Arles (15)

Pendant notre visite, tel Van Gogh et Gauguin avant elle, une artiste était présente et s’inspirait du lieu pour ses dessins.

Nous évoluons tranquillement au milieu de cet alignement de sarcophages, abrités par l’ombre rafraichissante des arbres. Au bout de l’allée, devant l’église St Honorat, classée “monument historique” depuis 1840, les sépultures se font plus nombreuses, plus désordonnées aussi, trahissant ainsi le lieu de l’inhumation du martyr St Genest.

Alyscamps-Arles (18)Alyscamps-Arles (22)Alyscamps-Arles (23)Alyscamps-Arles (29)Alyscamps-Arles (26)Alyscamps-Arles (30)Alyscamps-Arles (31)Alyscamps-Arles (34)Alyscamps-Arles (32)

En fin, cette visite complète parfaitement la visite du musée de l’Arles antique puisque certains des plus beaux sarcophages ayant échappés au pillage y sont aujourd’hui exposés.

Info pratiques :
Avenue des Alyscamps, 13200 ARLES
Site web : http://www.patrimoine.ville-arles.fr/index.php?action=site&id=1
Office du tourisme : Esplanade Charles de Gaulle, Bd des Lices, 13200 Arles - http://www.arlestourisme.com/

Cet article est référencé sur Journal de Voyages sous les thèmes : France, PACA, Bouches-du-Rhône, Arles, nécropole, cimetière, vestiges romains

Copyright©2015 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

Parse error: syntax error, unexpected 'else' (T_ELSE), expecting end of file in /homepages/31/d468084029/htdocs/talonshauts-et-sacados/wp-content/themes/Voxis/comments.php on line 105