Le théâtre-musée de Salvador Dali, une immersion dans son univers

Le théâtre-musée de Salvador Dali, une immersion dans son univers

Lorsqu’on est au collège dans l’Aude ou dans les P.O. avec l’espagnol en LV 1 ou 2, il y a un truc auquel on ne peut pas échapper en guise de sortie de fin d’année : la visite scolaire du théâtre de musée de Dali à Figueras. C’est en effet dans ce contexte que j’avais découvert une première fois ce musée, il y a bien des années. J’ignore combien de temps j’avais accordé à l’époque à la visite, surement pas plus d’1/2 heure, et seulement 2 œuvres m’avaient marquées : les montres molles et la salle Mae West, avec cette reconstitution du visage de l’actrice en mobilier.

C’est un peu restrictif, je vous l’accorde aussi, lorsque mon homme et moi avons décidé d’un petit séjour sur la Costa Brava, nous étions d’accord pour aller le (re)découvrir.

Un peu d’histoire
Le théâtre-musée de Dali a été inauguré en 1974 sur les vestiges de l’ancien théâtre de Figueras.
En effet, ce dernier avait été détruit dans un incendie en 1939 et n’avait jamais été reconstruit. C’est le maire de Figueras qui proposa à l’artiste d’utiliser le site, et ce qu’il en restait pour constituer son musée. Ainsi, 10 ans furent nécessaires pour que le théâtre-musée voie le jour et soit inauguré. Il a été entièrement conçu et pensé par Salvador Dali lui-même.

 

L’implication de l’artiste dans la conception de ce musée est telle qu’il est considéré comme sa dernière œuvre. Il permet donc une immersion totale dans son univers et de percevoir l’intégralité de sa carrière artistique.

L’immersion dans cet univers démarre dès l’extérieur, avant même d’avoir acheté son billet d’entrée.

Theatre-musee-Dali-Figueras (2)

En effet, la façade surréaliste du bâtiment ne passe pas inaperçue avec son enduit sang et or, les coquilles St Jacques, les œufs gigantesques, les pains ainsi que la coupole de verre devenu le symbole du musée, mais aussi de la ville de Figueras.

Pour visiter le musée, nous nous sommes présentés le matin dès l’ouverture car en journée, la file d’attente ne cesse de s’allonger.

Nous avons pris notre temps pour découvrir ce musée car nous y sommes restés près de 3 heures et nous ne le regrettons pas car en ce qui me concerne, j’ai réellement redécouvert Dali et son œuvre.

Jusque là, je n’avais de lui que l’image d’un artiste surréaliste et extravagant, mais en fait, il s’avère qu’il avait réellement du génie, non content de peindre, il jouait avec les lois de l’optique de la perspective, avec les matériaux, etc… Ainsi, j’ai réellement adoré l’immense portrait exposé sous la coupole. En effet, il est conçu de telle manière que ce que l’on voit diffère selon qu’on l’observe à l’œil nu ou à travers un instrument optique. A ce propos, inutile d’introduire la pièce demandée pour observer l’effet optique dans la paire de jumelles installée sur place (inutile d’ajouter une dépense supplémentaire aux 12 € payés à l’entrée) puisque le viseur de votre appareil photo restituera l’effet tout aussi fidèlement.

Theatre-musee-Dali-Figueras (7)Theatre-musee-Dali-Figueras (6)Theatre-musee-Dali-Figueras (5)Theatre-musee-Dali-Figueras (12)

J’ai également été particulièrement touchée par la beauté qui se dégage des portraits de Gala, sa muse et épouse. Ce musée m’a permis de prendre conscience des 1 001 visages de Dali, des innombrables casquettes qu’il n’a cessé de porter… Un peu comme Léonard de Vinci en somme.

Enfin, j’ai découvert que le corps embaumé de Salvador Dali repose dans la crypte située sous le dôme.

Le musée-théâtre est vraiment le lieu idéal pour embrasser l’œuvre de l’artiste et saisir son évolution et sa personnalité.

Pour conclure, je laisse le mot de la fin à Dali lui-même car ses mots résument parfaitement l’impression que m’a laissée ce musée :

Il est évident qu’il existe d’autres mondes, c’est certain, mais je l’ai dit à maintes reprises, ces autres mondes se trouvent dans le nôtre, ils résident sur la terre et plus précisément au centre de la coupole du musée Dalí, où se trouve tout le nouveau monde insoupçonné et hallucinant du surréalisme. – Salvador Dali

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : Espagne, Catalogne, Figueres, musée

Copyright©2015 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

6 comments

  1. mars 12th, 2015 6:49

    Bon, il y a pire, comme sortie scolaire, non 😉 ?
    Je ne m’y suis jamais arrêtée, car, comme tu dis, la file est longue et il vaut mieux y être tôt. Il faut donc l’anticiper, et dormir pas loin…
    Anne Articles récents..Quand le ciel flamboieMy Profile

    Reply

    • mars 12th, 2015 13:00

      C’est vrai qu’il y a pire, mais je ne suis pas sûre qu’elle se soit faite à un âge où on apprécie beaucoup ce genre de sortie…

      Reply

  2. mars 12th, 2015 18:56

    J’adore ce musée ! Je l’ai visité 2 fois et sur la route de Barcelone j’avais tenu à m’arrêter à Figueres exprès pour le faire découvrir à mon conjoint .

    Reply

  3. mars 21st, 2015 10:41

    J’adore la façade surréaliste du musée qui est à l’image de l’artiste.

    Reply

  4. décembre 17th, 2015 22:52

    J’aurai bien aimé avoir ce genre de sortie scolaire! Décidément entre Gaudi et Dali, les Catalans aiment vraiment l’excentricité 🙂

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ne manquez aucune de mes actualités !

Vous aimez mon blog et venez régulièrement, alors n’hésitez pas à cliquer et à vous abonner à ma page Facebook