Mes astuces pour photographier en douce…

Mes astuces pour photographier en douce…

Parfois en voyage, on est confrontés à des sites touristiques qu’il nous est interdit de photographier, sans trop en comprendre la raison. En effet, si par le passé, le déclenchement du flash pouvait endommager les œuvres devant les yeux, il est facile aujourd’hui de désactiver le flash et de jouer sur les réglages de l’appareil photo de sorte que le sujet puisse être photographié dans le respect de son intégrité. Du coup, on a du mal à comprendre et donc à accepter certaines interdictions et j’avoue en avoir quelques fois transgressé quelques unes.

dmeu_y1848654_01_std.lang.all

Je pense notamment à la cathédrale orthodoxe de Nice, à la librairie mythique Lello e Irmao de Porto, à l’église Sao Francisco et de palais de la Bourse , toujours à Porto, mais aussi plus récemment, au palais des marquis de Fronteira à Lisbonne.

Cet article n’a évidemment pas pour objet à vous encourager à faire de même, je pense d’ailleurs que vous n’avez pas besoin de moi pour ça, juste à partager avec vous les différentes astuces que j’ai pu employer pour photographier sans me faire prendre.

Tout d’abords, discrétion et rapidité sont de mise ! Il faut donc troquer son beau reflex – plutôt encombrant et facilement repérable – contre un appareil photo compact dont on aura préalablement mis en sourdine les bruitages susceptibles de nous faire repérer. Il faut évidemment aussi faire confiance à l’appareil en question pour ne prendre les prises de vue qu’en mode automatique.

1ère technique : se cacher

Lorsque les lieux le permettent, l’une des techniques consiste à se cacher – derrière un pilier, une statue – qui me dissimule du reste de la pièce et donc des gens. Ainsi sortie du champ de vision des éventuels surveillants, je peux ainsi me permettre de jeter un œil au cadrage sur l’écran, ce qui garantie ainsi une certaine qualité de la “photo volée”. Par contre, pour œuvrer l’esprit tranquille, il est plus confortable d’avoir un complice susceptible de me prévenir de l’approche d’un éventuel trouble-fête. C’est une technique relativement facile à appliquer dans un église notamment, et que j’ai employé aussi bien dans la cathédrale orthodoxe de Nice que pour l’église Sao Francisco de Porto.

2ème technique : traîner à l’arrière du groupe

En visite guidée, lorsqu’il s’agit de la visite d’une demeure, d’un château, bref, d’un bâtiment comprenant plusieurs pièces, il est courant que le/la guide sorte le/la première d’une pièce pour conduire le groupe jusqu’à la pièce suivante. En trainant à l’arrière, on bénéficie ainsi d’un court laps de temps pendant lequel on est hors de vue du guide dans une pièce vidée de son public, de sorte que l’on puisse rapidement dégainer l’appareil photo pour prendre quelques clichés des éléments les plus intéressants. C’est ainsi que j’ai pu faire quelques clichés de l’intérieur du palacio des marquès de Fronteira à Lisbonne, ou à l’intérieur du palacio da Bolsa à Porto.

3ème technique : tenir nonchalamment son appareil devant soi, bras tendus

Le cadrage devient alors approximatif car ainsi positionné, le corps a pour objet de cacher la luminosité de l’écran de contrôle à chaque prise de vue. Si cadrage il y a, il ne peut se faire que par de discrêts et furtifs coups d’œil sur l’écran à des moments propices.

4ème technique : tenir l’appareil dans son dos, les mains nonchalamment croisées

Cette méthode est assez pratique lorsque je suis en visite guidée. Ainsi, pendant que le guide dispense ses explications et que je lui fait face, il suffit de croiser nonchalamment, et tout à fait innocemment les mains dans le dos, l’objectif évidemment orienté vers la pièce à photographier. Evidemment, les prises de vue se font entièrement à l’aveugle et ça fait travailler la souplesse du poignet pour varier, toujours à l’aveugle, le cadrage. Bien évidemment, dans ces conditions, il faut shooter et shooter encore car il y a énormément de déchets, mais dans le lot – le hasard faisant parfois bien les choses – j’arrive toujours à obtenir quelques clichés corrects et exploitables. C’est notamment comme ça que j’ai réussi à ramener quelques clichés du somptueux et époustouflant salon arabe du palais de la Bourse de Porto.

partez-en-voyage-avec-de-lego-photographe13-650x520

Et vous, respectez-vous toujours ces interdictions ou bien vous arrive-t’il de passer outre ? Quelle est votre méthode préférée pour photographier sans vous faire prendre ?

Copyright©2015 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

14 comments

  1. mars 28th, 2015 9:22

    Malignes tes astuces ! Concernant les interdictions, je comprends pourquoi certains musées, monuments et autres interdisent purement et simplement de prendre des photos quand je vois des personnes n’en faire qu’à leur tête comme par exemple ce petit monsieur d’un soixantaine d’années, en Italie, au musée de Naples. Les photos étaient autorisées mais uniquement sans flash. Je l’ai vu dégainé son compac et le flash clignoté. Je lui en ai fait la remarque. Il m’a répondu « ah bon » tout en pressant délibérément sur le déclencheur… C’est débile car sa photo de mosaïque est sûrement agrémentée d’un beau rond blanc ! Alors, à cause de 3 crétins, on en arrive à pénaliser tout le monde et à des extrémités : l’interdiction.
    Marie des marais Articles récents..Celle qui aimait bouquiner #2My Profile

    Reply

  2. mars 28th, 2015 10:26

    Pas bien comme article, tu risques d’avoir des problèmes avec la cathédrale orthodoxe de Nice, la librairie Lello e Irmao de Porto ou encore avec le palais des marquis de Fronteira à Lisbonne ;). Je plaisante, c’est clair que c’est frustrant de ne pas pouvoir prendre des photos dans certains lieux. Pour ma part, j’utilise la 3ème technique par contre il faut s’entrainer pour ne pas rater son cadrage systématiquement.

    Reply

  3. mars 28th, 2015 10:30

    Les rares fois où j’ai pris une photo alors que je n’avais pas le droit, c’était avec l’iphone mais j’ai fait tellement vite que la photo était toujours loupée ! Après, il m’arrive de demander l’autorisation en expliquant que je veux faire un article sur le blog et parfois ça marche !
    Xtinette Articles récents..Comme une envie de retourner à VienneMy Profile

    Reply

  4. mars 28th, 2015 14:07

    Le smartphone a l’avantage d’être plus discret que le reflex pour shooter en douce ! Mais dans la petite librairie de Porto, je me suis fait voir ^^
    Laurence – Le Fil de Lau Articles récents..[Portrait d’Inuit] Peter, marin groenlandaisMy Profile

    Reply

    • mars 28th, 2015 21:01

      Il est vrai que les cerbères de la librairie de Porto sont assez vigilants 😉

      Reply

  5. mars 28th, 2015 18:15

    Sympa ton article.j essaye de respecter les consignes mais je craque aussi de temps en temps. c est frustrant de rentrer sans photo. ..

    Reply

  6. mars 28th, 2015 18:48

    Merci pour ces astuces même si je ne suis pas sûre d’oser les utiliser ^^
    L’IPhone à parfois pris quelques (rares) photos  » à notre insu » je l’avoue.
    Mais nous restons assez respectueux des consignes interdisant de photographier et puis en tant que parents nous devons donner l’exemple : )
    Christine@famille-nomade-digitale Articles récents..Weekend en famille : faire une étape à MentonMy Profile

    Reply

  7. mars 28th, 2015 19:33

    Merci pour ces techniques, utiles en effet. Moi j’essaie des fois de braver les interdits, mais le résultat n’est pas souvent très bon…et des fois en effet on ne comprend pas pourquoi c’est interdit de photographier…
    Claire
    Claire Articles récents..Carnet de voyage en Catalogne : découverte du Cap de Creus 2/6My Profile

    Reply

  8. mars 29th, 2015 10:24

    Moi je respecte toujours ces interdictions, je me dis qu’il doit y avoir de bonnes raisons. Là où c’est interdit, il y a parfois des ventes de photos et cartes postales, donc j’achète quelques cartes. 🙂

    Ce que j’ai vu récemment (notamment dans les châteaux de Berlin et Potsdam) c’est un droit de photographier pour 2/3€ supplémentaires. Lors de la dernière visite de mes parents, on l’avait pris pour que mon père puisse faire de belles photos.
    La Berlinoise Articles récents..La Main gauche de la nuit, Ursula K. Le GuinMy Profile

    Reply

  9. mars 30th, 2015 11:16

    D’habitude, je respecte ces interdictions … sauf quand on me demande un prix exorbitant pour la visite d’un lieu décevant.
    Diana Articles récents..«Tarte Tatin » aux légumes-racinesMy Profile

    Reply

  10. avril 17th, 2015 17:58

    ahahah je crois qu’on a tous déjà fait ca. J’étais dans une cérémonie bouddhiste dans un temple en Corée du Sud et on avait pas le droit de prendre de photos et vidéos. Mais je voulais tellement ramener un souvenir de ce moment si intense lorsque les moines chantaient que j’ai amené ma caméra que j’avais caché sous mon manteau à côté de moi. Lorsque je descendais au sol pour me prosterner, j’en ai profité pour l’allumer en laissant juste un petit espace pour que la caméra puissent prendre quelques images. Bon c’est pas le top qualité, mais j’ai au moins quelques chose pour me rappeler. Je me sens toujours un peu mal, mais bon j’ai pas importuner personne au moins hehe 🙂
    Rachel @ Blog voyage Découverte Monde Articles récents..8 parcs nationaux de l’ouest des USA à visiter| Blog voyageMy Profile

    Reply

  11. avril 18th, 2015 13:59

    Dans les musées et autres lieux comparables, le plus souvent, quand c’est interdit, c’est en effet pour vendre des cartes postales et autre guide. Ça n’est cela dit sans doute pas la seule raison. Nombre de visiteurs n’ont pas la moindre idée de comment désactiver le flash sur leur appareil photo, et du coup, les tableaux risquent fort de faire la gueule à la longue.
    Là où je suis plus circonspect, c’est quand il est interdit de prendre des photos lors de cérémonies à caractère religion, sacrée. Quand je vois par exemple des personnes prendre en photo les crémations à Varanasi ou à Katmandou alors que des panneaux demandent clairement de ne pas le faire, je me dis que le respect de l’autre est aux yeux de certains moins important que le besoin impérieux d’en revenir avec une photo. Dans ces cas, là, ce faire tout petit est discret est tout de même à mon sens la moindre des choses. Nous ne sommes que des invités et nous devons de respecter nos hôtes. Ne pas oublier que prendre une photo à une portée symbolique assez forte dans de nombreuses cultures.
    Laurent Articles récents..Moto, hippos, dodo entre Banfora et SindouMy Profile

    Reply

    • avril 18th, 2015 15:08

      Effectivement, tu pointes là un point particulier où respect et discrétion s’imposent. Je suis effectivement d’accord avec toi.

      Reply

  12. avril 26th, 2015 13:18

    Je brave rarement les interdits mais quand je le fais, j’utilise aussi la 3ème technique. C’est souvent un échec: une photo floue, mal cadrée,carrément de travers même. Je me souviens de ma photo volée dans la cathédrale Sao Francisco à Porto, avec ses moulures de bois dorés.
    Comme La Berlinoise l’a dit, à Copenhague et en Inde, on paye un droit supplémentaire pour prendre des photos (2€ ou 100 roupies). Je suis plus sereine.
    Le problème avec la technique n°1, c’est que bien souvent il y a des caméras, se cacher des gardiens ne permet pas de se cacher des caméras. J’ai peur des représailles à la sortie, donc je ne le fais pas.

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ne manquez aucune de mes actualités !

Vous aimez mon blog et venez régulièrement, alors n’hésitez pas à cliquer et à vous abonner à ma page Facebook