Litomerice : camps de concentration et de transit de Terezin

Litomerice : camps de concentration et de transit de Terezin

terezin-vue-avion

S’il est des sites poignants et lourds en émotions à visiter en République Tchèque, le camp de détention et de transit de Terezin est sûrement de ceux-là…

Située à 72 km au nord-ouest de Prague, la ville de Litomerice abrite la petite et la grande forteresse de Terezin, connues pour avoir abritées pendant la 2nde guerre mondiale, un ghetto et un camp de transit.

Édifiée au XVIIIème siècle, la petite forteresse avait pour but de constituer un moyen de défense contre les intrusions venues de l’extérieur puis, dès le début du XIXème siècle, elle fut transformée en prison où furent enfermés des prisonniers de guerre, des prisonniers politiques et des opposants au régime des Habsbourg.

Dès juin 1940, la Gestapo de Prague en fit une prison tandis qu’en 1941, la ville de Terezin, abritée par les murs de la grande forteresse fut transformée en ghetto après l’évacuation forcée de tous ces habitants. Ce ghetto, accueillit les juifs du Reich, et servit de façade à l’extermination des juifs tandis que les juifs du protectorat de Bohême-Moravie furent envoyés dans la petite forteresse qui, de prison, devint un camp de transit à destination du camp d’Auschwitz et d’autres camps d’extermination.

C’est ainsi que sur une surface qui accueillait initialement 7 000 Tchèques, 50 000 juifs furent finalement rassemblés.

terezin

En 1943, suite au transfert à Terezin de 500 juifs danois, le gouvernement danois insiste pour que la Croix Rouge puisse accéder au site. Les Allemands mirent alors en place une véritable mise en scène, une parfaite tentative d’intoxication à leur égard destinée à faire passer le camp de concentration de Terezin pour un camp modèle : des faux magasins et des faux cafés y furent construits pour donner une illusion de confort, les transferts vers le camp d’Auschwitz-Birkenau se sont accélérés afin de réduire la surpopulation, les prisonniers visités par la Croix Rouge furent installés dans des pièces fraichement repeintes et un opéra pour enfants s’est même tenu. La supercherie fut un succès et la Croix Rouge présenta alors ce camp comme un camp exemplaire. Le tournage d’un film s’y est même tenu, dont les acteur et le réalisateurs furent ensuite déportés à Auschwitz…

Terezin_baraquements

Parmi les 144 000 personnes déportées à Terezin :

– 1/4 y moururent, dont le poète français Robert Desnos  et la sœur de Sigmund Freud, Esther Adolphine

– 88 000 furent déportés vers Auschwitz-Birkenau et les autres camps d’extermination

– 19 000 survécurent

Robert-Desnos-Terezin

En mai 1945, les camps passèrent aux mains de la Croix Rouge pendant 5 jours, avant que l’Armée rouge n’y pénétra. Terezin devint alors un camp de détention à l’égard des Allemands des Sudètes qui y connurent des conditions de détention aussi durent que celles infligées aux juifs précédemment.

Pour finir, en 1947, un mémorial national fut inauguré comprenant la visite de la forteresse, le musée du ghetto, le crematorium ainsi que des monuments commémoratifs.

C’est une visite réellement poignante et marquante. Dès l’entrée par le portail, j’ai été sous l’emprise d’une intense émotion et d’un profond respect envers toutes celles et ceux qui ont vécu, souffert et péri ici. Le silence et de rigueur, je n’ai eu le cœur de ne prendre aucune photo – je n’étais pas à Disneyland – mais malheureusement, je n’ai pu que constater l’irrévérence et la légèreté de certains touristes qui n’hésitaient pas à photographier à tout va et même à se prendre à en photo devant le gibet ou le mur devant lequel les Allemands alignaient les pelotons d’exécution,…

Terezin_ potence

… comme ils l’auraient fait en posant à côté de Mickey…

Ce comportement m’a réellement choquée, même si j’avais déjà eu l’occasion de le constater quelques années plus tôt lors de mon passage à Oradour-sur-Glane.

Enfin, devant l’enceinte de la forteresse, le cimetière où furent enterrées les trop nombreuses victimes mortes dans les camps nous permet de mesurer concrètement l’ampleur du drame qui s’est déroulé ici.

terezin_cimetiere

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : République tchèque, Litomerice, camp de détention, forteresse, ghetto, camp de transit

Copyright©2013 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

7 comments

  1. juillet 9th, 2013 12:02

    C’est triste de voir ces monuments meme en photos, c’est pas loins de l’emotion que j’ai eu lors de la visite de la prison de tungsleng au cambodge…
    quynhvietnam Articles récents..Témoignage de clientsMy Profile

    Reply

  2. juillet 9th, 2013 12:32

    J’ai visité ce camp lors de mon premier road trip, le bac tout juste en poche à 18 ans : LA CLAQUE!
    Je retrouve dans ton récit les sentiments ressentis à l’époque. Merci pour ce partage et récit qui n’a pas dû être facile à écrire mais il est indispensable de se souvenir, de ne pas oublier ces atrocités.

    Reply

  3. juillet 9th, 2013 13:07

    J’avais ressenti ces émotions en visitant le Struthof en Alsace et comme toi j’avais trouvé indécentes les photos sur ces lieux de souffrance. Bises
    Petitgris Articles récents..Situations insolites # 154My Profile

    Reply

  4. juillet 9th, 2013 17:04

    C’est le genre d’endroits qui me fait froid dans le dos, et je ne suis pas certain d’être capable de les visiter. Les murs conservent la mémoire du passé. Brrr 🙁

    Reply

  5. juillet 9th, 2013 22:31

    Malheureusement, à côté des « grands noms », il y a aussi les « petits noms » de m’horreur. Celui-là m’était inconnu. J’imagine que la visite n’a pas été facile…
    Mélissa Articles récents..A nous Paris, avec IDbus : Parlons « Alternatif »!My Profile

    Reply

  6. juillet 29th, 2013 12:36

    ton article est lui même poignant. Je ne connaissais pas cette histoire avec la croix rouge.

    Reply

Trackbacks/Pingbacks

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ne manquez aucune de mes actualités !

Vous aimez mon blog et venez régulièrement, alors n’hésitez pas à cliquer et à vous abonner à ma page Facebook