Uzès : tournoi de horse-ball au haras national

Uzès : tournoi de horse-ball au haras national
Épisode précédent : La station de ski de Prat-Peyrot

C’est par un beau dimanche de printemps que mes parents et moi nous sommes rendus à Uzès, sans objectif précis si ce n’est de nous changer les idées, profiter du soleil printanier et passer du temps tous les 3.

De Montpellier, nous avons mis le cap pour le département voisin du Gard et avons poussé jusqu’à la commune d’Uzès.

Après un déjeuner en terrasse de restaurant en centre-ville, nous nous sommes rendu au haras national, juste comme ça, pour voir les chevaux, marcher dans les allées, en caresser un ou deux, comme nous avions l’habitude de le faire lorsque mon frère et moi étions enfants.

logo-haras-nationaux

Arrivés sur le parking du haras, nous sommes surpris par le nombre de véhicules stationnés là… et nous interrogeons sur la nature de la manifestation ayant bien pu attiré ce monde. Renseignements pris, il s’agit en fait d’un tournoi de horse-ball opposant les meilleures équipes françaises durant tout le week-end.

Intrigués par ce sport que nous ne connaissons que de nom, nous décidons de prendre place dans les gradins et d’assister au tournoi, non sans constater que nous devons être les seules personnes présentes sans lien avec l’un des compétiteur.

Si vous êtes aussi peu informé que moi de la pratique de ce sport, sachez que le horse-ball est un sport collectif équestre qui aurait ses origines dans le pato argentin, se jouant avec une balle de cuir, de la taille d’un ballon de football, équipée de 6 sangles. Chaque match oppose 2 équipes composées chacune de 4 horseballeurs titulaires et de 2 remplaçants. Chaque cavalier dispose bien évidemment de son propre cheval. Le match s’organise en 2 mi-temps de 10 minutes chacune, et d’une pause de 3 minutes.

Les cavaliers évoluent sur un terrain relativement petit, mesurant 70 mètres de long sur  30 de large. Aux 2 extrémités, les “buts” sont constitués de 2 arceaux métallique d’1 mètre de diamètre suspendu à 3,5 mètres de hauteur, perpendiculairement au sol. Chaque équipe doit effectuer un minimum de 3 passes entre 3 horseballeurs différents avant de pouvoir tenter de marquer un but.

Uzes_haras_horse-ball (10)Uzes_haras_horse-ball (9)

Compte tenu du nombre et de la taille des “sportifs” qui évoluent dessus (8 joueurs montés + 1 arbitre à cheval), le horse-ball s’avère être un sport physique, les contacts entre chevaux y sont nombreux et, pour la néophyte que je suis, plutôt impressionnants. On remarque d’ailleurs que montures comme cavaliers sont équipés de nombreuses protections.

Uzes_haras_horse-ballUzes_haras_horse-ball (3)

Contrairement au polo où les cavaliers sont équipées d’une espèce de crosse pour faire circuler la balle, au horse-ball, les joueurs se saisissent de la balle à pleine main grâce aux 6 sangles qui l’entourent. Du coup, les horseballeurs doivent se livrer à une manœuvre physique plutôt acrobatique à chaque ramassage de balle, manœuvre qui n’est en plus autorisée que si le cheval est en mouvement afin de préserver son dos. N’ayant pu réaliser de photo nette du ramassage, je vous propose une photo issue de Wikipédia témoignant de la complexité du mouvement et de l’agilité des cavaliers. J’en ai mal aux abdos rien qu’à les voir faire !

Horse-ball_ramassage

Chaque équipe doit effectuer un minimum de trois passes entre trois horseballeurs différents avant de pouvoir tenter de marquer un but. La circulation de la balle est donc réelle et les montures doivent répondre aux sollicitations de leur cavalier avec une grande précision. D’ailleurs, les horseballeurs ayant souvent les 2 mains prises par la balle, alors même que le cheval est au galop, celui-ci dispose d’une grande liberté d’action et son dressage doit être irréprochable.

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce sport – il est vrai que les rayons du soleil réchauffant les gradins y sont aussi pour quelque chose –  qui ne laisse pas une minute de répit à ses participants. Le rythme y est soutenu, les montures comme les joueurs n’ont aucun répit, et l’agilité de ses cavaliers-acrobates est réellement impressionnante pour le public non initié dont je fais partie. On devine toutefois sans aucune difficulté la confiance, la communication et la complicité que doit avoir chaque horseballeur avec sa monture. il n’est pas rare de voir les chevaux traverser le terrain au galop alors même que leur cavalier se dresse sur sa monture, les 2 mains en l’air afin d’intercepter la balle et tournant le dos à la direction dans laquelle le dirige son cheval…

Uzes_haras_horse-ball (6)Uzes_haras_horse-ball (27)Uzes_haras_horse-ball (30)Uzes_haras_horse-ball (32)Uzes_haras_horse-ball (33)Uzes_haras_horse-ball (34)Uzes_haras_horse-ball (37)

Cet article est référencé sur Journal de Voyages sous les thèmes : France, Languedoc-Roussillon, Gard, Uzès, haras national

Copyright©2013 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera


 

 

 

 

 

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

Parse error: syntax error, unexpected 'else' (T_ELSE), expecting end of file in /homepages/31/d468084029/htdocs/talonshauts-et-sacados/wp-content/themes/Voxis/comments.php on line 105