Conseils pour découvrir le monde à vélo

Conseils pour découvrir le monde à vélo

IMG_5196

Lors d’un récent article, je vous parlais de la possibilité de découvrir la France à vélo, mais ce mode de locomotion n’est pas réservé au territoire français puisque mon frère commence a avoir une petite expérience de ce type de vacances sportives…

Il s’est en effet lancé dans l’aventure, et sur les routes marocaines en avril 2010, seul, puis a récidivé l’année suivante, avec un copain de fac en août 2011, en choisissant cette fois l’Islande comme terrain de jeux. Enfin, l’été dernier, c’est sa petite femme qu’il convainquait – oui je sais, c’est moche – de pédaler, à travers la Sardaigne cette fois.

C’est donc en sa qualité de “grand vadrouilleur à vélo” que je lui ai demandé de vous délivrer ses conseils en vue de vous lancer dans un tel périple.

“Voyager à vélo c’est redécouvrir la liberté, c’est explorer des espaces nouveaux. La liberté, la contemplation, le partage… et des imprévus, voilà ce que nous réserve un trip à vélo en autonomie.

Au travers de ma maigre expérience de ce type de voyage je voudrais vous faire part de quelques astuces, précautions ou répondre aux questions que chacun se pose sur l’organisation d’un tel voyage. Gardez à l’esprit cependant que vous pouvez organiser au mieux votre séjour… mais ce que vous retiendrez de votre voyage, ce sont justement les imprévus : les rencontres, les galères, les endroits magiques découverts au détour d’un chemin… Voyager à vélo, c’est être au contact direct de la population et de la culture du pays. Vous vous apercevrez que les locaux apprécient votre démarche, sont fiers de la façon dont vous visitez leur pays…

IMG_5195P1100462

Où partir ???

Rien n’est impossible. Prenez en compte votre niveau sportif. Franchir des cols avec les bagages reste un épreuve très physique. En contrepartie, un paysage trop plat sera monotone…

En ce qui me concerne, quand je décide de partir en voyage, je prends mon billet d’avion… Et je réfléchis après !!!!! Passé ce cap, impossible de se dégonfler, impossible de revenir en arrière. Car des questions, vous allez vous en poser… certaines d’entre elles pourraient vous faire renoncer à ce voyage. Vous répondrez « on verra bien là-bas » à certaines questions… ce sont ces questions là qui feront de votre voyage un souvenir exceptionnel, une expérience inoubliable jalonnée de surprises.

Premier voyage à vélo pour moi : Maroc à vélo en solitaire. Je prends mon billet d’avion. J’achète un guide de voyage, une carte. J’investis dans un vélo, des sacoches… Et je réfléchis après… Je planifie mon parcours sans forcément découper mes étapes précisément. « On verra bien là-bas »…

Deuxième expérience : 10 j en Islande à vélo avec un ami.

Troisième expérience : 10 j en Sardaigne avec ma compagne

Si vous craignez un peu l’inconnu et l’aventure, pas de panique. Des solutions sont possibles : 14 routes européennes, l’Eurovelo Routes vous offrent davantage de confort… mais moins d’imprévus. Pourquoi ne pas également parcourir les chemins de hallage du canal du midi ? Des circuits en France sont également accessibles et aménagés pour le voyage à vélo : la traversée du Jura, les chemins de Compostelle, de Stevenson, la grande traversée des Alpes ou des Pyrénées, le tour du Mont-Blanc… Vous trouverez pour ces circuits de nombreux gîtes qui accueillent les cyclistes, des facilités de transport entre la gare ou l’aéroport et le site de départ, la possibilité de se faire transporter les bagages d’une étape à l’autre…

IMG_5237

Choix de l’équipement :

En fonction de la difficulté du parcours, de la topologie du terrain, des dénivelées, de la longueur du séjour, votre choix sera différent. Pour ma part, j’ai toujours utilisé un vélo droit typé randonnée. Plus confortable, il fait moins mal au dos. Il offre également un choix de développements très confortables, permettant de monter n’importe quel col.

Pour un voyage plus polyvalent, choisissez le VTT. Vous devrez vous chargez un peu moins car les contraintes supportées par le système de portage sont accentuées par les secousses.

Le vélo couché est de plus en plus utilisé pour les voyages au long cours. Son confort est inégalable.

Sacoche ou remorque ?

J’ai toujours voyagé avec des sacoches avant/arrière. Pour ma part, j’utilise les Karakorum de chez Vaude. Les sacoches permettent un rangement modulaire, sont plus économiques, ont un poids et un encombrement réduits, sont moins sujets à des problèmes de casse et certains modèles sont convertibles en sac à dos. En revanche, la charge est répartie uniquement sur le vélo, le centre de gravité se trouve réhaussé. La sensation de portage est très augmentée. Dans le cas de sacoches avant un peu trop chargées, on peut ressentir une gêne et un déséquilibre au niveau de la direction. L’aérodynamisme est bien moins bon.

IMGP1379

Les remorques ont leur charge répartie sur une troisième roue. La capacité de portage est plus élevée, le centre de gravité reste bas. En montée, le vélo reste bien plaqué au sol (au contraire d’un vélo équipé de sacoches qui a tendance à décoller la roue avant). Enfin, la remorque attire la curiosité des locaux, permet plus facilement de délier des langues… Par contre, elle n’est pas facile à transporter dans l’avion. Le freinage est instable. La remorque ajoute de la mécanique à l’ensemble… un pneu supplémentaire, un axe supplémentaire… ce sont autant de risques de crevaison en plus, de risques de casse…

Vacances_velo_islande

Investissements supplémentaires ?

N’hésitez pas à rajouter quelques euros dans des pneus réputés increvables tels que les Marathon plus de chez Schwalbe.

Une béquille est quasiment indispensable. Le poids des sacoches déséquilibre le vélo. Choisissez une béquille centrée sous le dérailleur plutôt que sous le pédalier pour une solution avec sacoches.

Transport du vélo :

Si vous restez en France, sachez que les TGV n’acceptent pas le transport d’un vélo ou un BMX… Je l’ai expérimenté une fois pour me rendre à l’aéroport Charles De Gaulle avant de prendre mon vol pour Reykjavik… cela m’a valu une amende… à l’aller comme au retour… et pas mal de frayeurs car on me menaçait de ne pas monter dans le train. En TER, pas de problème en revanche.

Pour le transport en avion, j’ai testé deux solutions. Je préfère bien emballer mon vélo dans un grand carton récupéré dans un magasin de sport plutôt que me contenter d’une protection sur les parties fragiles uniquement. L’inconvénient à ce choix réside dans le fait qu’il faut cacher, déposer le carton quelque part à son arrivée pour le récupérer à la fin du séjour… J’ai toujours choisi d’effectuer une boucle et donc j’ai toujours pu récupérer mon carton et mes emballages de protection. Au Maroc dans mon riad du centre de Marrakech, en Islande dans un bureau de la gare routière, en Sardaigne dans un hôtel réservé pour le dernier jour.

Prévoyez un supplément, qui n’est pas excessif pour le transport de votre vélo dans l’avion, en général d’une cinquantaine d’euros.

IMGP3650

Matériel de réparation :

Pensez que votre vélo va souffrir durant le voyage en avion mais également pendant le séjour. Je n’ai jamais eu de gros problèmes techniques mais munissez vous cependant du minimum pour réparer…

  • rustines, chambres à air, démonte pneus…

  • clés allènes

  • pompe

  • câble de rechange

  • colliers auto-serrants

  • tendeur

  • rouleau de scotch de bricolage

Moyen de transport universel, le vélo se prête excellemment au voyage. Le rythme idéal est propice à la contemplation et à l’intégration dans la population locale. L’autonomie est possible, le transport de tente, de nourritures pour des longues traversées loin de toute civilisation…

Le sentiment de liberté, de vivre à fond (enfin… 15 km/h de moyenne), les galères parfois vous font revenir différents et heureux…”

Copyright©2013 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

Parse error: syntax error, unexpected 'else' (T_ELSE), expecting end of file in /homepages/31/d468084029/htdocs/talonshauts-et-sacados/wp-content/themes/Voxis/comments.php on line 105