Paris : Fragonard – théâtre-musée des Capucines

Paris : Fragonard – théâtre-musée des Capucines

Fragonard - Le Theatre de Capucines Museum - entrée théâtre

C’est tout à fait par hasard, lors de ma virée à Paris, que je suis tombée sur le musée Fragonard ; je me rendais à la Madeleine pour y acheter des places de spectacle à demi-tarif, et je suis passée devant sur le boulevard des Capucines.

J’ai donc traversé le porche longeant de part et d’autre les vitrines de parfums jusqu’à l’accueil de ce beau bâtiment haussmannien ; là, l’hôtesse m’a remis un dépliant sur les parfums Fragonard et j’accédais immédiatement au musée puisque son entrée est libre.

Fragonard - Le Theatre de Capucines Museum - entréeFragonard - Le Theatre de Capucines Museum - vue d'en face

Le musée n’est pas très grand, et à moins de se laisser tenter par la boutique Fragonard, une demi-heure suffit à en faire le tour. Le dépliant est purement commercial, et vous n’y trouverez aucune informations explicatives liées à la visite et aux objets exposés sous vos yeux.

Une fois passé l’accueil, un court escalier nous mène à l’étage où sont exposés de nombreux objets. Ça commence par des pièces en cuivre servant à l’extraction des essences : macérateurs, alambics, etc. …
Puis un atelier miniature d’extraction est reconstitué à partir de mini-appareils en cuivre. Ensuite, un couloir me mène à la suite de la visite.

capucines-objets_cuivre

À gauche, des peintures représentent l’instant de la toilette d’une dame, semble-t’il plutôt coquette, sur la droite, sont exposés de nombreux objets d’époque liés au parfum et à la toilette : flacons de parfums, vinaigriers, brûle-encens, mortiers à fard, boites à mouches, bouchons de flacons, etc… On s’aperçoit ainsi, que les dames ne manquaient ni d’imagination ni d’humour dans le choix du conditionnement de leurs parfums.
Les vitrines qui suivent exposent les flacons de parfum Fragonard.

Jusque là, j’ai regretté que mis à part quelques courtes étiquettes, rien ne soit mis en œuvre pour expliquer quoi que ce soit aux visiteurs. Et puis, je suis arrivée à la partie terminale de la visite.

Est alors exposé un orgue de parfumeur : une espèce de grande armoire organisant quelques centaines de flacons d’essences essentielles entrant dans la composition des parfums. Et comme un nez est sensé toutes les connaître et les reconnaître, à nous maintenant de nous essayer à l’exercice : 8 petits pots d’huiles parfumées sont à reconnaître parmi la fraise, le citron, la menthe, l’ylang-ylang, la rose, et 2 autres que je n’ai ni reconnu ni retenu !

musee-fragonard-orgue

Énoncé comme ça, ça semble facile, mais croyez-moi, l’odorat est loin d’être notre sens le plus développé…
Au-dessus, un tableau récapitule le provenance internationale des différentes fragrances utilisées par Fragonard.

Enfin, on termine par le visionnage d’un film expliquant en images les techniques d’extraction du parfum ; ensuite, le film passe aux techniques utilisées par Fragonard tant pour la fabrication que pour le conditionnement.
C’est la première partie de ce film que j’ai trouvé très explicite et qui permet de pallier au manque d’infos fournies lors de la première partie de la visite, notamment celles relatives aux objets en cuivre et à la reconstitution miniature de l’usine.
Les images et les commentaires fournis sur la vidéo fournissent ainsi une explication illustrée fort utile de leur fonctionnement, et c’est tout à fait instructif.

musees-de-la-parfumerie-fragonard-musee-du-parfum

Pour terminer, les escaliers me ramènent au rez-de-chaussée dans l’espace boutique Fragonard, mais ayant déjà 3 flacons de parfum différents qui m’attendent à la maison, je traverse la salle et prend la sortie sans m’intéresser aux différents produits.

C’est une visite que j’ai trouvée intéressante ; en effet, on est loin d’imaginer à quel point les techniques d’extraction des parfums sont complexes et laborieuses, et les objets exposés ainsi que le film sont riches en informations.

J’ai trouvé très ludique le petit jeu de devoir reconnaître les odeurs parmi les 8 proposées, ce petit exercice permet de se rendre compte qu’être un nez n’est pas donné à tout le monde et qu’il est très difficile de discerner des odeurs apparemment très différentes les unes des autres dès lors que l’on est privé des autres de nos sens.

Ce musée, pour ne rien gâcher, présente le double avantage d’être gratuit et de ne prendre qu’un court moment, alors pourquoi s’en priver ?
Pour finir, même si personnellement, je n’en est pas profité, il est bon de savoir que les produits disponibles en boutique sont vendus à prix d’usine, ce qui reste toujours financièrement intéressant.

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : France, Île de France, Paris, musée

Copyright©2013 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...