Vienne : grande roue

Vienne : grande roue

La Grande Roue -ensemble

La grande roue est l’endroit idéal pour découvrir un panorama de Vienne, se familiariser avec la ville et surplomber les manèges du Prater.

C’est dans l’optique de courir le Vienna City Marathon que mon homme et moi (enfin, surtout lui), sommes retournés dans la capitale autrichienne.

Du coup, les quelques jours qui ont précédé l’épreuve, nous y sommes allé mollo sur les visites et la marche à pieds, histoire de préserver l’athlète.

En bons touristes, nous nous sommes donc rendus au Prater et à sa grande roue, qui est à Vienne ce que la tour Eiffel est à Paris.

La Grande Roue

Nous avons un peu craint pour l’affluence, mais en ce jeudi matin d’avril, la foule n’était pas au rendez-vous.
Nous y avons accédé par la ligne U1 du métro, dont l’un des arrêts dessert le Prater, nous n’avons alors plus eu qu’à marcher dans la direction de la grande roue, facilement visible.
Cinq minutes après, nous étions devant le guichet.

Moyennant 8 euros par personnes, nous avons d’abords eu accès à une salle retraçant l’histoire du Prater.
Certains wagons de la Grande roue n’ayant pas été raccrochés après l’incendie de 1944, ceux-ci ont été aménagés de manière à retracer l’évolution du Prater à travers les siècles.
Ainsi, les visiteurs pourront s’amuser des personnages façonnés à la main et mécanisés composant différentes scènes : l’époque romaine, le Prater sous l’invasion turque, le Moyen-Age, l’exposition mondiale et Venise à Vienne, etc…

La Grande Roue - wagons avec scènes du prater reconstitué

La salle est assez sombre et chacun des 6 ou 7 wagons s’éclaire à tour de rôle pour mettre en valeur la scène qu’il abrite.

La Grande Roue - scène moyen age dans wagon

Le circuit oblige ensuite les visiteurs à passer par la boutique du photographe.

Il est alors possible de se faire tirer le portrait dans un décor rappelant la Grande roue et le panorama de la ville.

Ce n’est qu’ensuite que nos pas nous ont mené au pied de la roue.

Là, nous comprenons que certains des wagons sont réservés à un service de restauration et sont équipés de table et de chaises. Du coup, les wagons destinés à l’observation du paysage sont intercalés tous les 2 ou 3 wagons, ce qui ralenti le rythme d’écoulement de la file d’attente.

Nous nous sommes ainsi retrouvés à 7 dans un wagon, bien loin de la saturation.

Le wagon a alors commencé sa révolution, interrompue régulièrement, par le remplissages des wagons suivants.

On prend petit à petit de la hauteur, on commence par surplomber les divers manèges du Prater, avant de dominer les toits de la ville.

La Grande Roue - attractions ¨Prater

Ça et là, des clochers d’églises se détachent de l’horizon, ou des tours plus hautes que les autres.

La Grande Roue - vue VienneLa Grande Roue - toits VienneLa Grande Roue - Prater et allées de chataigner de la Hauptallee

Au-dessus des fenêtres, une « fresque » reproduit le panorama et pointe les toits remarquables.

Le tour dure ainsi une vingtaine de minutes, ce qui permet largement de prendre des photos avant de descendre.

Le circuit nous mène ensuite à la boutique de souvenirs : sweats, t-shirts, tasses à l’éfigie de Sissi ou de Mozart, miniatures de la Grande roue, …, bref, rien d’extraordinaire.

Il ne reste alors plus qu’à se diriger vers la sortie.

Pour finir, je prendrai juste la peine de vous rappeler quelques unes de ces caractéristiques.

Cette roue vit sa construction démarrer fin 1896 et fut mise en service 8 mois après. A l’époque, son ingénieur était déjà l’auteur de celles de Londres et de Blackpool. Elle comportait alors 30 wagons d’une capacité de 20 personnes chacun.

D’un diamètre de (presque) 61 mètres, sa hauteur totale avoisine les 65 mètres et elle emmène les visiteurs à la vitesse de 75 centimètres à la seconde.

Elle est aujourd’hui la seule grande roue de cette époque encore en service et ce, en dépit de sa quasi destruction par le feu et les bombes en 1945. De cet évènement, elle doit son nombre de wagons réduits à 15.

Elle a d’ailleurs été le décor de nombreux films dont un James Bond.

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : Autriche, Vienne, grande roue

Copyright©2012 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...