A voir à Ronda

A voir à Ronda

Ronda - Vista nocturna

Lorsque j’ai annoncé à mes parents que nous partions en Andalousie, leur réaction a été immédiate : « Ma fille, il faut absolument que tu visites Ronda ».


Je me suis donc débrouillée, sur mon programme, pour élaborer un circuit qui nous y fasse passer.

Situation géographique

Ronda est située entre Séville et Malaga, dans la sierra andalouse, à la limite de la province de Séville.
Cette situation isolée nous a d’ailleurs failli valoir de tomber en panne d’essence ; mais pourquoi les hommes doivent-ils toujours tirer un maximum sur le réservoir d’essence ?
Pourtant, ce n’est pas faute de lui avoir montré le niveau d’essence avant de partir et le lui rappeler en route ! Mais non, Mr est tétu… et voilà donc que le réservoir nous sonne en pleine montagne, alors que nous étions sur une route sinueuse et étroite bien loin de la station la plus proche !
Heureusement, à une vingtaine de kilomètres de Ronda (soit une bonne ½ heure après avoir entendu l’alarme), nous avons traversé un petit village et il s’est finalement décidé à mettre 10 € d’essence car la station service ne proposait que du diesel pour camion !!!

Sise à 740 mètres d’altitude sur une falaise tombant à pic, elle surplombe le rio Guadalevin aussi appelé « El Tajo ».

Le Ponto Nuevo vu des gorges du Taje

C’est aussi une des plus anciennes villes d’Espagne. Elle fut conquise par les Romains, les Maures, puis les Catholiques et enfin, elle vit même passer les troupes napoléoniennes.

Sa particularité est d’être bâtie sur un promontoire, à cheval sur la faille creusée par le Guadalevin dans la montagne, ce qui a nécessité la construction d’un pont pour relier les 2 parties de la ville.

A voir, à faire…

  • Le pont romain

Très tôt, les romains comprirent la nécessité de relier les 2 parties de la ville.
A cette époque, leur technique et leur savoir-faire ne leur permettaient pas de construire un pont au plus haut de la faille, mais quoiqu’il en soit, ils ont contourné le problème en le construisant en amont.

Ce pont fut donc, pendant des siècles, le seul point de passage entre les 2 cotés de la faille.

Aujourd’hui, ce joli petit pont est encore debout.

Ronda-pont_romain

Ce n’est qu’au XVIIème siècle que les hommes tentèrent l’exploit de construire un pont au plus haut de la faille, à 100 mètres de hauteur.
La première tentative s’avéra être un échec et l’édifice s’écroula, mais la persévérance finissant toujours par payer, le second essai fut transformé !

L’architecte en charge du projet le paya d’ailleurs de sa vie car on raconte, qu’accroché à une nacelle suspendue dans le vide, il voulu rattraper son chapeau emporté par le vent et que ce geste malheureux le précipita dans le vide.

Plus tard, le centre du pont accueillit une prison, et à l’époque de la guerre civile, on jetait les opposants au régime dans le vide du haut du pont.

Aujourd’hui, même si on garde en mémoire, ce passé un peu… tumultueux, le Ponte Nuevo présente le principal avantage de nous offrir une vue des plus spectaculaires sur le ravin et un très beau panorama sur les vallées environnantes.
Il est indéniable qu’il est pour beaucoup dans le charme, le caractère, que l’on trouve à Ronda.
Sans lui, Ronda ne serait pas tout à fait Ronda.

Vue depuis terrasse parador

Après avoir admiré le ravin du haut de Ronda, il est possible d’admirer Ronda du bas du ravin !
Pour cela, il suffit d’emprunter des marches puis le sentier étroit qui descend dans le ravin. C’est caillouteux, le soleil cogne et l’ombre est rare, mais la ballade ne dure qu’une dizaine de minutes, alors on prend son mal en patience, et une fois la marche terminée, on oublie vite les efforts endurés face à la vue exceptionnelle qui se découvre à nos yeux ébahis.

  • Les arênes

Ronda a une grande tradition tauromachique.
C’est à Ronda, grâce à Pedro Romero, que furent élaborés les règles de la corrida moderne, telles qu’on les connait actuellement en inventant notamment la muleta.
A lui seul, il aurait abattu plus de 5 000 bêtes.

Ses arènes sont à la fois les plus anciennes et, selon l’avis de tous, les plus belles d’Espagne, notamment grâce à se double volée d’arcades élégantes.

Ronda - Plaza-de-TorosPlaza_de_Toros_Ronda

D’après le Routard, la corrida à Ronda est un évènement exceptionnel puisqu’il annonce qu’il n’y en a qu’une par an, en septembre, d’une durée de 3 heures.
Une fois sur place, il semblerait que cette information soit erronée, puisque nous avons pu constater des affiches annonçant une corrida pour le week-end suivant en juin.

 

Verdict…

Ronda est vraiment un village unique en Espagne.

J’ai adoré sa situation exceptionnelle (bien qu’elle a failli nous coûter une panne d’essence), les murs de ses maisons blanchis à la chaux, ce pont majestueux et remarquable qui lui donne tant de noblesse et de caractère…

En plus, la plupart des touristes viennent de la côte pour y passer la journée, alors pour une fois, si vous décidez d’y passer la nuit, vous aurez alors la possibilité de découvrir Ronda sous un autre jour, la vraie Ronda, vidée de tous ses visiteurs.
C’est une occasion suffisamment rare en Espagne pour être mentionnée tout de même !!!

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : Espagne, Andalousie, Ronda

Copyright©2012 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

 

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...