Pékin : Cité interdite

Pékin : Cité interdite
37 comments, 08/06/2012, by , in Asie, Chine, Pékin
Épisode précédent : La place Tian An Men

A Pékin, la proximité immédiate de la place Tian An Men et de la Cité interdite explique que ces 2 sites sont visités l’un après l’autre.
Il est donc logique qu’après mon avis sur la fameuse place Tian An Men, je vous livre celui sur la Cité interdite.

Pour passer de l’une à l’autre, il suffit de traverser la route, mais nous n’aurons pas l’honneur de passer par la porte de la Paix Céleste, entrée historique de la Cité, mais par une entrée “secondaire” : la Porte du Méridien.

Cité interdite - Porte de la Paix Céleste entrée historiqueCité interdite - Porte du Méridien actuelle entrée

Nous nous retrouvons donc face aux premiers bâtiments, au cœur d’une place en forme de U ; il s’agit de la porte du Midi qui mesure 100 mètres de large, d’où l’Empereur présidait les parades militaires et annonçait le nouveau calendrier.
Nous pénétrons donc par l’une des portes latérales et nous retrouvons dans le décor du film “Le dernier empereur”, ce qui ajoute à notre trouble !

Nous sommes à la Porte de l’Harmonie suprême. Son esplanade, immense, est traversée par un cours d’eau appelé rivière aux Eaux d’or afin de répondre aux principes Feng shui. Ce cours d’eau est enjambé de 5 magnifiques ponts en marbre blanc. On ne peut que relever l’élégance et l’esthétique qui se dégage de cette esplanade, par ailleurs pavée, et regretter que les filets verts drapant le palais attenant en travaux ternissent un peu cette belle harmonie. Toutefois, je m’étonne du peu de visiteurs et me réjouis de pouvoir prendre des photos sur lesquelles aucune foule ne vient encombrer le spectacle.

Cité interdite - Cour et Porte de l'Harmonie Suprême

Le Palais de l’Harmonie préservée recèle, à l’arrière, une merveille : il s’agit d’une dalle de marbre, superbe, sculptée de 9 dragons et mesurant 17 mètres de long pour une masse de 250 tonnes. Quelle œuvre magnifique, quel travail remarquable !!!

Cité interdite - escalier gravé de dragons

Malheureusement, nous constatons rapidement que notre jeune guide n’est pas très loquace sur chacun des éléments, portes, ou pavillons, et ne nous éclaire donc pas sur le rôle, l’usage et l’utilité de chacun.
J’ai donc été bien contente d’amener le Routard et d’y puiser quelques informations.

Tous les palais n’ayant pas une telle particularité susceptible d’attirer notre attention et de susciter notre admiration, la visite finit par s’installer dans la monotonie.
Du coup, la suite de la Cité interdite ne devient rapidement qu’une succession de cours, de portes et de pavillons, le tout formant une homogénéité et une harmonie parfaite. Aussi, sans autres explications de notre guide, tout finit par se ressembler, d’autant que mis à part quelques pavillons aménagés en musées, les différents palais ne sont pas visitables de l’intérieur.
Tous les palais et pavillons reproduisent la même architecture. Ils ont été bâtis en bois, ce qui explique la présence d’énormes chaudrons, à l’époque remplis d’eau, destinés à faire face aux éventuels incendies.

Cité interdite - palaisCité interdite - pavillon

A l’intérieur de l’un deux, nous découvrons un trône…

Cité interdite - trone impérial

Leur couleurs vives, chatoyantes sont admirablement préservées ; les murs rouges, les toits de tuiles vernissées, les magnifiques couleurs et frises, les sculptures de marbre, les statues de lion, … finissent par tous se ressembler et, dans ces conditions, les quelques 3 heures de visite paraissent une éternité ; nous obligeons même notre guide à accélérer la visite !

Cité interdite - détailsCité interdite - Statues de dragons sur le toit indiquant la hiérarchie du bâtimentCité interdite - peintures

C’est quand même dommage de se retrouver dans un lieu aussi mythique, énigmatique, aussi chargé d’histoire, sans pouvoir en mesurer toute son importance, tout son “aura” ! A aucun moment, la jeune guide n’a su nous parler de la vie à l’intérieur de cette Cité, des us et coutumes, du protocole, etc…
On ne finit dons par retenir le coté esthétique du lieu en oubliant totalement que pendant des siècles, des générations d’empereurs y ont vécu en vase clos, créant ainsi une symbolique forte auprès de générations de chinois.
Nous n’en saisissons donc qu’un aspect bien trop réducteur, et seul un guide expérimenté et chevronné peut nous permettre de saisir l’impalpable …

Nous finissons par arriver aux jardins impériaux de la Cité interdite et apprécions ce changement de décor annonciateur de la fin de la visite !
Il comprend de nombreux arbres (pins et cyprès) plusieurs fois centenaires. Je n’ai pas le souvenir d’y avoir remarqué des fleurs.
Ce jardin respire le calme et la sérénité, il n’était accessible à l’époque qu’aux membres de la famille impériale.

jardin imperial

Cette visite de la Cité interdite, bien que superbe, m’a laissé le sentiment d’être passée à coté de quelque chose. J’ai le regret d’avoir eu l’occasion de visiter ce site unique, majestueux, et de n’en avoir saisi que l’aspect superficiel des choses, ce qui est bien regrettable dans la mesure où je n’aurai sans doute plus jamais l’occasion d’y retourner !

Cet article est référencé sur Journal de voyages sous les thèmes : Chine, Pékin, palais

Copyright©2012 “Talons hauts & sac à dos” by LadyMilonguera

[geo_mashup_map]

About LadyMilonguera

Au départ simple blogueuse culinaire, c'est l'amour des voyages et de l'écriture qui m'a conduite à lancer ce blog voyages. Avec mon homme ou en famille, j'aime découvrir d'autres villes, d'autres pays, qu'ils soient tout à côté ou à des centaines/milliers de kilomètres. Et une fois rentrée, je partage avec vous mes impressions, mes conseils, mes expériences...

Parse error: syntax error, unexpected 'else' (T_ELSE), expecting end of file in /homepages/31/d468084029/htdocs/talonshauts-et-sacados/wp-content/themes/Voxis/comments.php on line 105